Histoire de la ville

 

Si Les Mureaux m'était conté

Les Mureaux est une ville qui ne laisse personne indifférent. Mais qui la connaît vraiment ? Retour sur une longue et riche histoire trop souvent méconnue...

 

Et cela commence dès la préhistoire ! En effet, Les Mureaux est le lieu de découverte d’une sépulture mégalithique. Une vraie surprise pour son propriétaire qui a effectué cette trouvaille... en creusant un trou pour planter un arbre dans son jardin. Si la découverte a eu lieu en 1888, cette allée couverte ou dolmen date tout de même de 3 000 ans avant notre ère. Un édifice qui est classé monument historique depuis 1928.

  • De Murelli aux Mureaux

Et ce n’est pas fini ! Des découvertes archéologiques plus récentes ont eu lieu le long des bords de Seine. Elles ont permis de trouver des vestiges datant de 9 000 ans avant notre ère. On sait également qu’un port fluvial est attesté depuis le 1er siècle avant notre ère. C’est d’ailleurs de cette époque que date le nom de la ville. En effet, Les Mureaux vient de Murelli qui, en bas-latin, signifie « murs, murailles ». En vieux français, le nom était prononcé Les Muriaux puis a évolué vers le nom actuel, Les Mureaux.

  • La petite Lutèce

Ces fameux murs, qui donnent leur nom à la ville, sont d’abord des établissements portuaires gallo-romains avant de devenir des fortifications qui défendent l’accès au pont de Meulan. D’après les historiens, la ville gallo-romaine s’ouvre sur la Seine avec un port fluvial, semblable à celui qui existait à Lutèce. Un quai (encore visible au débouché de l’actuelle rue des gros murs) et de nombreux objets évocateurs de la vie quotidienne (vaisselle, parure...) sont d’ailleurs découverts au cours de fouilles archéologiques.

  • Une reine de France aux Mureaux

Au Moyen-Âge, le village des Mureaux est un fief du comté de Meulan et dépend de la générosité de la comtesse, Agnès de Montfort, qui le dote d’une église et d’une maladrerie. Les rois capétiens résident dans leur hôtel de Beauséjour et au château des Mâcherus, tous deux disparus. C’est dans le premier que Marie de Brabant, reine de France, s’installa de 1285 à 1321, après le décès de son époux, le roi de France Philippe III le Hardi.

  • La Révolution française

C’est peu après l’an 1600 que Mathieu de Vion hérite de la seigneurie des Mureaux et établit ce qui va devenir le domaine de Bècheville. En 1776, le chevalier Pierre Louis Randon de Lucenay achète le domaine. Il se rend populaire en renonçant, les mauvaises années, à percevoir l'impôt sur les récoltes de ses paysans. Au moment de la Révolution française, il abandonne de plein gré ses privilèges et sauve ainsi sa vie et son château.

  • Stendhal au Château de Bècheville

En 1811, le domaine de Bècheville devient la propriété de Pierre Daru. Baron de l’Empire et membre de l’Académie française, il est alors un proche conseiller de Napoléon qui écrit, dans ses mémoires, à propos de Pierre Daru : « Au travail du bœuf, il joint le courage du lion ». Dès 1811, les Daru reçoivent au château leur cousin Stendhal. Celui-ci y passe trois semaines. Il fait la cour à Alexandrine Daru, l’épouse de son hôte, mais en vain. Après cette déception amoureuse, il part pour l'Italie. Stendhal relatera cet événement dans son roman Le Rouge et le Noir. Alexandrine devient Madame de B et le château porte divers pseudonymes. Le romancier avoue avoir « perdu la bataille de Bècheville ». C’est seulement plus tard, entre 1850 et 1860, que Napoléon Daru (fils de Pierre Daru) fait reconstruire le château tel que nous pouvons encore le voir.

  • L'arrivée du train

En 1843, le village accueille une gare de la toute première voie ferrée de France entre Paris et Le Havre. Il faut alors 1h15 pour relier Les Mureaux à la gare Saint-Lazare... Tandis que la vigne s’éclipse depuis la fin du XVIIIe siècle, le village de forêt et d'agriculture laisse peu à peu place à l’industrie. En 1851, c’est la tuilerie qui fait son arrivée aux Mureaux bien avant la papeterie du Pont de Chaix puis la fonderie du Profil... De leurs côté, les premiers hydravions font leurs essais, en 1912, sur le plan d'eau des Mureaux avant que la construction aéronautique ne s’installe. Entre 1826 et 1896, la population des Mureaux triple et passe de 676 à 2 157 habitants.

  • Les Jeux Olympiques de 1924

Avec l’arrivée du train, Les Mureaux devient un lieu de loisirs où les Parisiens viennent le dimanche. Plusieurs villas de maître sont construites (dont la Maison Bouvaist) ainsi que des hôtels et des guinguettes. En 1894, le Cercle de la Voile de Paris s’installe aux Mureaux à l’initiative du peintre impressionniste Gustave Caillebotte. En 1900 puis en 1924, le Cercle de la Voile de Paris accueille aux Mureaux les épreuves de voile des Jeux olympiques de Paris. Quelques années plus tard, en 1929, c’est le Yacht Club de l’Île-de-France qui fait son arrivée sur les bords de Seine des Mureaux. Une présence qui perdure encore de nos jours...

  • De la Seine à l'espace

Protégé du vent et rectiligne, le plan d’eau des Mureaux a tous les avantages pour accueillir les essais des premiers hydravions. Et l’aventure commence dès 1912 ! Ce sera ensuite l’ouverture des usines Charles Pélabon. En 1933, Charles Lindbergh et son épouse amerrissent aux Mureaux. C’est à partir de 1965 que le site des Mureaux est mis à contribution pour la réalisation de la première fusée française. En 1973, le programme Ariane est lancé et le site des Mureaux en réalise l’étage principal. En 1991, le port Magellan est inauguré aux Mureaux. Il permet le chargement des éléments du lanceur sur une péniche qui remonte la Seine jusqu’au Havre puis traverse l’océan atlantique vers Kourou, en Guyane.

  • Du village à la ville

En 1952, Renault installe son usine sur la ville voisine de Flins-sur-Seine. Cette arrivée implique la construction de logements pour ses employés. C’est alors que le grand village devient une ville dont le nombre d’habitants passe de 2 896 à 31 619 entre 1921 et 1981. Parmi ces nouveaux venus : le romancier Frédéric Dard, qui s’installe aux Mureaux en 1949. Une ville où il invente son célèbre commissaire San Antonio. Cité Renault, Bougimonts, Vigne-Blanche, Bècheville, Les Musiciens : de nouveaux quartiers apparaissent. Progressivement, les services publics nécessaires à une ville de 30 000 habitants apparaissent : piscine de Bècheville en 1975, lycée François-Villon en 1982 ou encore La Médiathèque en 1987.

  • La nature au cœur de la ville

Au début des années 2000, avoir longtemps tourné le dos à la Seine, Les Mureaux retrouve ses bords de Seine qui deviennent entièrement accessibles aux piétons et cyclistes. Même ambition pour l’avenue Pault-Raoult qui est aménagée en une véritable avenue arborée avec ses trottoirs et ses pistes cyclables. En 2005, la ville inaugure une nouvelle mairie qui rassemble des services administratifs auparavant dispersés sur 21 sites différents. Symbole de la rénovation urbaine, le Pôle Molière s’installe en 2014 à l’emplacement exact de la Tour Molière qui était la plus haute de la ville. En contrebas, le Parc Molière offre un espace de nature qui relie La Médiathèque au Parc du Sautour. Il permet également de faire réapparaitre le ru d’Orgeval, un petit affluent de la Seine qui avait été enfoui au moment de l’urbanisation des années 1950-1960.

  • Les Mureaux 2030

Si le nombre d’habitants est désormais stabilisé, de nombreux projets doivent encore permettre d’améliorer le quotidien des Muriautines et Muriautins. Prévue pour 2024, l’arrivée d’Eole (le RER E) doit renforcer l’attractivité de la ville en rapprochant Les Mureaux de La Défense et du futur Grand Paris Express. De son côté, le Pôle Léo-Lagrange doit permettre de créer autour du stade un grand équipement sportif comprenant des écoles sur le modèle du Pôle Molière. Enfin, le nouveau plan de rénovation urbaine et le dispositif Action cœur de ville doivent changer le visage de l’entrée sud de la ville et permettre au centre-ville des Mureaux de bénéficier le mieux possible de l’arrivée du RER.

 

 

Les Mureaux de la Seine à l'espace livreDécouvrez l'histoire de la ville des Mureaux dans l'ouvrage Les Mureaux, de la Seine à l'espace.

Ville moderne, dynamique, innovante, ouverte sur un avenir durable au bénéfice de tous, Les Mureaux, fière de son histoire et de son patrimoine, conserve les yeux tournés vers l’espace.

Brunot Ferret et Arnaud Späni (éditions Privat), 2018, 252 p.

 

 

  • En consultation libre à La Médiathèque
  • Possibilité d'achat à la librairie Aptimots (centre-ville des Mureaux) ou en ligne (26€)